Res Publica

Santé

La situation sanitaire du Burkina Faso est imputable à plusieurs facteurs que l'on retrouve dans tous les pays en voie de développement : la pauvreté, un taux de fécondité encore élevé (6,2 enfants par femmes selon le recensement de 2006) et l'accès limité à l'eau potable et à l'assainissement de base. Les enjeux de santé publique reposent sur la baisse de la mortalité infantile (malnutrition et maladies diarrhéiques), la lutte contre les maladies transmissibles et la lutte contre les épidémies (méningite, rougeole).

Malgré une bonne couverture géographique de l'offre des services médicaux, leur taux d'utilisation reste faible du fait, entre autres, de l'accessibilité aux soins et de la persistance de barrières financières et culturelles. Les ressources humaines demeurent insuffisantes même si elles sont généralement compétentes. La qualité des soins reste limitée par manque de matériels et d'accès aux médicaments.

Dans nos zones d'intervention, de gros progrès ont été réalisés sur la prise en charge des grandes endémies (paludisme, tuberculose, filariose et infection VIH) notamment grâce aux subventions de programmes internationaux. L'accessibilité géographique pose toujours problème en saison de pluie, période de forte intensité paludéenne et d'augmentation de la mortalité infantile. Mais le principal obstacle pour les populations reste l'accés aux soins et aux médicaments limité par de faibles revenus.

L'intervention de Res Publica dans le domaine de la santé se manifeste essentiellement par des soutiens financiers et logistiques. Elle entretient un partenariat historique avec l'association EMEJ (entraide médicale Eugène Jamot) en finançant ses projets de constructions.

Implantée au Burkina Faso depuis 1993, EMEJ participe à l'amélioration de l'offre de soins dans le district sanitaire de Nanoro par :

› la construction et l'équipement de dispensaires et de maternités en brousse (à ce jour 1 CSPS construits à Soum et 3 maternités, à Soaw, Nazoanga et Somassi) ;
› la mise en place et le soutien financier du planning familial ;
› le suivi de la PMI (protection maternelle et infantile) ;
› le soutien financier pour l'accès aux soins de la population ;
› la formation du personnel médical ;
› l'appui en matériel médical.

Res Publica organise régulièrement des campagnes de dépistage sur des pathologies de la vue au niveau des populations (cataractes, glaucomes, déficiences visuelles à l'école…). Ce type d'actions est réalisé en collaboration avec le Docteur Paté Sankara, médecin burkinabè ayant bénéficié d'un appui pour une spécialisation en ophtalmologie à l'hôpital de la Croix-Rousse à Lyon.