La maternelle de Pella : intervention de Mme Françoise Perrin

La maternelle de Pella : intervention de Mme Françoise Perrin

C’est sur fond de forte mobilisation et d’allégresse que le Centre d’Eveil et d’Education Préscolaire de Pella, construit et équipé par l‘association Res Publica, a été inauguré ce samedi 10 février.

L’évènement  s’est déroulé en présence de nombreuses personnalités et des fondateurs de l’association Res Publica, Jean Claude et Françoise Perrin. Nous vous proposons ci-dessous l‘intervention de Mme Perrin dans son intégralité:

« Il y a 10 ans, presque jour pour jour, nous inaugurions le Centre D’Eveil et d’Education Préscolaire de la commune de Nanoro.

Dans cet établissement construit par Res Publica et mis à la disposition de l’Etat, près de 150 enfants sont pris en charge par une équipe enseignante qualifiée et un COGES dynamique. Un personnel de soutien s’occupe de la cantine et du gardiennage. Afin de mettre tout en œuvre pour donner un enseignement de qualité, les éducateurs et moniteurs sont présents jusqu’à 16h30 pour mener les activités et sont donc pris en charge financièrement par Res Publica pour les heures du soir.

Aujourd’hui, nous sommes rassemblés à Pella pour fêter l’installation de la première école maternelle de la commune.
Ce centre, ouvert le 6 novembre dernier, compte actuellement 125 enfants de 3 à 6 ans répartis entre les 3 sections. 59 filles et 66 garçons sont prêts pour la grande aventure de l’éducation.

Nous pouvons nous demander pourquoi un tel engouement pour l’enseignement préscolaire dans une commune rurale ?

Je crois que le travail effectué depuis plus de 15 ans par Res Publica auprès des parents d’élèves pour les convaincre de la nécessité d’inscrire leur garçons et filles à l’école primaire puis, au Post primaire, a porté ses fruits.

Ainsi, grâce aux investissements en infrastructures et équipement dans le primaire et le secondaire et grâce à la formation continue du personnel enseignant, nous avons pu atteindre la parité fille/garçon et relever le taux de réussite aux examens.

Compte tenu de toutes les actions entreprises avec les parents d’élèves, ceux-ci ont compris que l’éducation constitue un moyen efficace pour lutter contre l’ignorance et la pauvreté et qu’elle permet d’améliorer les futures conditions de vie de leurs enfants.

Or, l’éducation préscolaire doit être considérée comme le socle de l’enseignement de base et permettre aux enfants de 3 à 6 ans d’acquérir très tôt des apprentissages qui leur assureront un meilleur parcours scolaire : nous pouvons citer notamment la familiarisation avec la langue française, avec l’encadrement scolaire et les préapprentissages nécessaires à la lecture et au calcul ...

Mais quel enfant peut avoir accès aujourd’hui à l’enseignement préscolaire ?

En 2011/2012, le taux de préscolarisation était de 3,5%.

La majorité des CEEP relevaient et relèvent encore du secteur privé avec, toujours pour la même période, 452 structures contre 92 pour le secteur public.

Nous pouvons aussi souligner, toujours pour la même période, que la plupart de ces maternelles se situent en région Centre. Ainsi, près de 47% des écoles s’y trouvent.

Nous constatons donc que les inégalités sont criardes quant à l’accès en maternelle selon que l’on est né en ville ou en campagne.

Si nous prenons l’exemple d’un fils d’agriculteur qui commence sa scolarité à 7 ans, sans connaître un mot de français, sans n’avoir jamais été assis face à un tableau et à un enseignant, et si nous le comparons à un enfant scolarisé en ville dès l’âge de 3 ans et pratiquant quotidiennement le français, nous comprenons immédiatement que leurs chances d’avoir un parcours scolaire sans faute ne sont pas les mêmes.

À notre échelle, c’est à dire dans notre zone d’intervention, nous souhaitons une fois de plus réduire ces inégalités inhérentes à la situation sociale de l’enfant. Notre action ne pourra toutefois porter ses fruits que si nous bénéficions de l’accompagnement des autorités communales et provinciales notamment.

L’éducation en général et le préscolaire en particulier demandent un personnel enseignant compétent et dévoué. En effet, à quoi sert de construire, équiper et soutenir des établissements scolaires, si les effectifs en enseignants ne permettent pas de couvrir les classes.

C’est pourquoi je demande solennellement au Ministère de l’Education Nationale et à ses structures déconcentrées d’accompagner Res Publica en affectant les enseignants nécessaires, selon les niveaux, dans les établissements construits par elle dans le cadre de la convention d’établissement.

C’est ensemble que nous devons conjuguer nos efforts pour faire de nos enfants des citoyens responsables, producteurs et créatifs.

Je vous remercie. »


Le reportage photo de cet événement est à retrouver dans l’onglet Médias de ce site.

 

Rédacteur : L'équipe Res Publica