Activités extrascolaires dans les écoles Res Publica

Activités extrascolaires dans les écoles Res Publica

Initié il y a un an par Res Publica, un projet pédagogique au profit de quatre écoles, a vu le jour avec l’implication active du corps enseignant, des élèves et des APE/AME (Association des Parents d’Elèves et des Mères d’Elèves).

Son objectif est de rendre visible la promotion d’un enseignement de qualité dans ces établissements pilotes. Pour la réussite du projet les écoles ont bénéficié de l’appui financier de l’association, conformément à un plan d’action présenté par chaque école.

Chaque activité est sous l’autorité d’un enseignant responsable. Des réunions avec les enseignants, les APE/AME et les agents de l’éducation Res Publica sont organisées en début d’année et chaque trimestre pour planifier les activités. Une cinquantaine de personnes sont ainsi mobilisées.

Chaque fin de trimestre, une évaluation du projet avec les inspecteurs et les agents Res Publica permet de suivre l’évolution des activités et de gratifier les enseignants responsables.

Les activités développées sont mises à l’honneur lors d’une journée culturelle, en avril, dans chaque école. De même que la traditionnelle fête de clôture, habituellement supportée financièrement par les APE/AME, est subventionnée par le projet pédagogique. En fin d’année scolaire, un bilan global du projet est établi par les directeurs et les agents de Res Publica.

 

Les objectifs spécifiques concernent :

 - Le suivi de l’hygiène et de l’assainissement.
 - Le renforcement de la cantine endogène.
 - La promotion des activités pratiques de production (maraîchage, élevage, foresterie, artisanat), afin de susciter le goût de l’apprentissage.

 - La promotion des activités sportives et culturelles.
 - Le développement d’une éducation citoyenne en établissant une symbiose entre les enseignants et les élèves.

Le suivi de l’hygiène et de l’assainissement :

L’accent est mis sur l’hygiène corporelle et vestimentaire allant jusqu’à récompenser les élèves les plus assidus. Quant à l’assainissement c’est l’affaire de tous : enseignants, APE/AME et élèves. Les latrines, le domaine scolaire, les salles de classe doivent être nettoyées journellement.

Le renforcement de la cantine endogène :

Chaque rentrée scolaire, les élèves apportent des haricots et du mil, suivant une quantité déterminée par l’APE, à laquelle vient s’ajouter une dotation du projet pédagogique. Un suivi de l’hygiène et de la qualité des repas est effectué régulièrement auprès des cantinières par l’enseignant responsable.

La promotion des activités sportives et culturelles 

Différentes disciplines sportives sont intégrées dans le projet pédagogique tels que le football masculin et féminin, le hand ball féminin, la course cycliste et l’athlétisme. Le renforcement de ces activités par le projet pédagogique permet d’obtenir de bons résultats lors des compétitions de l’OSEP (organisation sportive des écoles primaires).
Une journée culturelle organisée au sein de chaque établissement donne l’occasion d’apprécier tous les talents. La danse traditionnelle et moderne, le théâtre, le récital sont mis à l’honneur.

La promotion des activités pratiques de production

Cette incitation s’exerce à travers la mise en application de jardins scolaires et d’une activité de reboisement et d’embellissement.

La production maraîchère est organisée par un enseignant qui apprend aux élèves le respect du calendrier cultural (semis, repiquage etc …). L’arrosage est le travail quotidien des élèves. Quant à la récolte, elle est assurée par les élèves en présence des enseignants, de même que la vente sur place aux restauratrices et femmes du village. L’excédent est réservé à la cantine endogène.

L’entretien des arbres de la cour et l’embellissement sont le domaine des enseignants. L’arrosage est réservé aux élèves qui suivent également une sensibilisation sur le bienfait de l’arboriculture.

Le développement d’une éducation citoyenne 

Enseignants et élèves se retrouvent dans un cadre extrascolaire laissant plus de place à des échanges moins protocolaires.

 

Anne Marie Berger

Bénévole chargée des activités agropastorales