Trois bibliothèques en brousse...Où en sommes nous?

Trois bibliothèques en brousse...Où en sommes nous?

A Nanoro (Burkina Faso), la bibliothèque compte presque 2200 ouvrages. Depuis 2016, elle porte le nom du premier écrivain Burkinabè : Dimdolobsom. La structure fonctionne bien avec cette année, plus de 1800 prêts. Justin Kientega est fidèle au poste depuis 2006.

Il est devenu agent Res Publica à temps plein  depuis septembre 2016.  Depuis l’ouverture de la bibliothèque, nous maintenons pour les abonnés un prix social : 500 f CFA par an !  soit moins d’un euro. Ils sont plus de 110  cette année à emprunter des documents régulièrement.

                                                                         

Justin Kientega  gère aussi pour l’ONG tous les manuels scolaires que nous  fournissons  aux collèges et lycées  pour combler les manques de l’Etat. Cette année, l’école  primaire de Nanoro C voit l’arrivée des « petits » de la maternelle Res Publica. Nous misons sur leur réussite dans le cursus scolaire et avons  le projet de les faire lire très régulièrement. C’est un nouvel enjeu  pour le bibliothécaire !

A Boulpon, cette année marque un tournant décisif !

La présence de la bibliothèque  dans les locaux mêmes du lycée a limité notre impact sur la population  locale. Celle- ci ne s’autorisant pas à venir au lycée pour emprunter des documents. Nous avons fermé la structure et une construction indépendante verra le jour en 2018 grâce à Res Publica.

Mauvaise surprise en cette fin d’année, le  bibliothécaire en place depuis 2 ans nous quitte. L’ONG se questionne sur sa stratégie de recrutement et recherche une personne  motivée et habitant sur la commune. Le fonctionnement avec le lycée Nicolas Perrin a posé quelques problèmes. L’abonnement payant était contesté par les équipes pédagogiques par exemple ! Pourtant, la lecture des lycéens et la fréquentation de la bibliothèque étaient  importantes. Presque 3000 documents prêtés en une année alors que le  nombre de documents disponibles ne dépassait pas les 1600.

Tout redémarre à Soaw...

A la bibliothèque de Soaw, par contre, tout repart après plusieurs mois de fermeture et un recrutement plus sélectif. Christian Savadogo s’investit beaucoup dans cette  petite structure autonome. Tout est en place pour accueillir les enfants et tous ceux qui souhaitent lire et faire des recherches sur place. Un bon indicateur : la fréquentation du lieu qui progresse.

En octobre, sous l’impulsion d’André Kaboré, (représentant local de Res Publica à Nanoro) et de  Abou Dramane Seni, agent d’éducation, nous avons rassemblé sous l’égide de l’inspection tous les enseignants du primaire et du  secondaire de la zone.  De bonnes  idées de collaboration ont été suggérées avec les enseignants.

Des projets en perspective

Au mois d’octobre, les deux bibliothécaires Res Publica ont participé à Ouagadougou (capitale du Burkina Faso)  à une conférence organisée par une ONG américaine : FAVL. Celle-ci développe de nombreuses bibliothèques communautaires dans la province du Tuy). Une occasion pour eux de rencontrer des écrivains, des professionnels du livre et des bibliothécaires. Sollicité pour une  intervention publique, Justin Kientega a présenté nos structures et leur organisation. Cette formation sur deux jours, dense en échanges pour nos bibliothécaires donne des envies d’animations  sur le terrain.

 

 A  suivre donc !

 

 

Crédit photos : Christine Allot-Bouty
Rédacteur : Christine Allot-Bouty, bénévole Bibliothèques France