LCP2017: des lycéens prennent la parole sur Villa Voice

LCP2017: des lycéens prennent la parole sur Villa Voice

Pour la deuxième édition de la Chose Publique, une vingtaine de classes de lycée de la région Rhône Alpes, a participé activement au festival d’idées.

Objectif, permettre aux lycéens de lire, de rencontrer les auteurs français et de proposer une analyse critique de leurs œuvres, en lien avec les thématiques abordées au festival. Les Résultats de ces analyses coordonnées par la villa Gillet, sont présentés sous forme d’articles diffusés sur la plateforme villa Voice.

Sur la brûlante question du glyphosate, pesticide dénoncé par une cinquantaine d'ONG et autorisé depuis ce lundi 27 novembre pour 5 ans de plus dans l'Union Européenne...Des élèves de la classe de Terminale ES/L du lycée Gimond d'Aubenas, se sont penchés sur le sujet autour du thème "Vers une Europe participative". Thème débattu par le sociologue Loic Blondiaux et la philosophe et politiste allemande Ulrike Guérot.

 

                                                              Loïc Blondiaux ©DR, Ulrike Guérot ©Butzmann

Vers une Europe verte plus citoyenne

De nos jours, de nombreux citoyens se disent d’abord appartenir à leur Etat-nation plus qu’à l’Union européenne. Pourtant, promulguées par la Commission européenne, les lois peuvent modifier la vie des citoyens européens; il serait donc enfin temps d’y prendre part ! C’est pourquoi, il est intéressant de se demander comment favoriser la participation des citoyens aux prises de décision à l’échelle européenne ?   Nous pensons, qu’au vu de l’actualité, il serait pertinent de centrer notre réflexion sur la question environnementale. Ainsi, comment pouvons-nous, ensemble, faire connaître nos idées et participer aux décisions afin de parvenir à une Europe « verte & écolo » ?

Tout d’abord, nous pouvons remarquer que le peuple européen n’est pas assez écouté, ou plutôt écouté mais pas assez entendu, par la Commission européenne. En effet, le Traité de Lisbonne (2009) a, dans son article 11, institué une procédure intitulée l’Initiative Citoyenne Européenne (ICE).

Elle permet ainsi à un million de citoyens européens, en provenance d’un quart des Etats-membres (ce qui représente un minimum de 7 pays) d’inviter la Commission européenne à faire une proposition d’acte législatif sur un sujet qui leur tient à coeur.

Cependant, on peut soulever que cette procédure, mise en place afin de garantir l’avis des citoyens européens, est bafouée au profit d’un « tout pouvoir » exercé par la Commission dont les membres croient que le peuple européen n’est pas capable de trancher sur des décisions qui, pourtant, nous concernent tous. La « démocratie participative » serait donc en panne. En effet, en 2016, 51 initiatives citoyennes européennes avaient été proposées à la Commission, toutes classées sans suite. Quatre ICE ont été prises en considération mais aucune n’a fait l’objet d’une proposition de loi. C’est le cas, on ne peut plus actuel, du problème du glyphosate dont l’ICE « Ban the glyphosate/Interdire le glyphosate » va à l’encontre de la proposition de la Commission européenne qui propose le renouvellement de la licence d’exploitation du glyphosate (qui expire le 15 décembre) pour 5 ans. En outre, les membres de cette même Commission n’ont pas encore pu trouver d’accord à la majorité qualifiée. Les responsables de certaines ONG qui sont à l’origine de cette ICE devraient être reçus au Parlement européen et entendus par la Commission européenne mais le vote de cette dernière sur le renouvellement de la licence d’exploitation du glyphosate pourrait intervenir avant !

Ainsi, nous pensons que l’UE devrait mettre en place différentes procédures afin de laisser la parole à ses citoyens. Elle pourrait, par exemple, organiser des référendums sur des questions environnementales en ligne sur un site ouvert pendant 24 heures, convertir une ICE qui a recueilli le nombre suffisant de signatures directement en proposition de loi, allouer des budgets pour chaque pays (voire région) afin que les citoyens en disposent de la manière qu’ils considèrent comme la plus efficace et adaptée pour leur lieu de vie. Par exemple, la création d’espaces verts, de voies vertes et zones piétonnes afin de limiter les émissions de CO2, la mobilisation de fonds nécessaires pour que des intervenants fassent de la prévention dans les établissements scolaires afin de sensibiliser les populations aux enjeux environnementaux; ces projets semblent être de bonnes alternatives pour la protection de l’environnement.

La Commission européenne pourrait également accepter qu’une assemblée de citoyens bénévoles et représentatifs de la population de chaque pays prenne en considération les remarques, requêtes ou critiques des citoyens européens et choisisse objectivement le sujet le plus urgent à traiter, sujet qui serait présenté lors de la réunion hebdomadaire des commissaires de la Commission européenne.

 Article redigé et publié le 22 novembre 2017 sur Villa Voice par Kaïna, Lise, Maëlle, Ombeline, élèves de la classe de Terminale ES/L du lycée Gimond d’Aubenas

 

Un petit mot sur la classe :

Bonjour à tous ! Il semblerait que ce soit le moment des présentations… Nous sommes donc des terminales ES du lycée Marcel Gimond à Aubenas en Ardèche. Marcel Gimond est un lycée public et polyvalent dont les sections sont tant générales que professionnelles et accueille le cursus BTS.

Du fait de notre enclavement géographique, le lycée propose des cours de préparation au concours commun de Sciences Po car il est affilié avec l’Institut d’Études Politiques de Lyon. Ainsi, quelques élèves de notre classe suivent ces deux heures de cours hebdomadaires le mercredi après-midi. Tout ceci justifie la diversité de son enseignement et son engagement dans divers projets. De ce fait, nous avons décidé de participer à ce projet mis en place par Villa Gillet et l'association Res Publica, intitulé « Vers une Europe participative » car le thème de démocratie participative à l’échelle de la France suscite notre attention en tant qu’élèves de filière Économique et Sociale intéressés par l’actualité et les sciences politiques. Nous nous sommes donc demandés pourquoi ne pas élargir ce sujet-là à l’Europe, puisque nous sommes tous citoyens européens et donc concernés par la question de l’Union Européenne. Nous allons donc dans les prochaines semaines publier sur Villa Voice des réflexions sur l’Europe participative puis publier un article complet sur ce thème.

Et tout ceci, dans l’objectif de participer à un débat le 24 Novembre 2017 en présence de Loïc Blondiaux, professeur de sciences politiques aux nombreux écrits exerçant à la Sorbonne. En somme, nous sommes ravis de participer à ce projet et de correspondre avec vous tous afin qu’ensemble, nous puissions élargir nos horizons !

 

 

Tous les articles des lycéens sont à retrouver sur  le blog Villavoice.