Lilian Thuram soutient Migration en questions !

Lilian Thuram soutient Migration en questions !

Lilian Thuram participe au projet «Migrations en questions», qui permet aux citoyens de poser directement leurs interrogations sur la question migratoire. Experts et chercheurs y répondent ensuite. Il explique à Paris Match pourquoi il soutient cette démarche.

La question migratoire n’échappe pas aux «fake news». Omniprésent dans le débat politique, le sujet attise les crispations et divise. La plateforme «Migrations en questions», récemment lancée, propose d’y voir plus clair. Le concept permet aux citoyens de poser directement leurs interrogations sur le sujet. Des experts et chercheurs y répondent ensuite. Qu’est-ce qu’un migrant économique? Quel est le coût des migrations? Quel lien entre migration et terrorisme? Les réponses des chercheurs se font par le biais de courtes vidéos, disponibles sur le site et accompagnées d’une section «pour aller plus loin», indique le site dont la «démarche ambitionne de rendre le débat public plus objectif dans la perspective des européennes de 2019».

 

Lilian Thuram, à la tête de la Fondation Education contre le racisme, nous explique pourquoi il participe à ce projet. L’ex-footballeur fait partie du comité d’accompagnement avec, entre autres, Enrico Letta, ex-chef du gouvernement italien et Pascal Brice, à la tête de l’Ofpra. «Je trouve que c’est rendre les gens plus intelligents. Vous vous posez des questions et on vous répond. On ne vous donne pas des choses à penser», explique-t-il.

Pourquoi avez-vous accepté de participer à la plateforme «Migrations en questions»?
Parce qu’il faut éduquer chacun d’entre nous à comprendre les situations dans lesquelles nous nous trouvons. Souvent quand on parle de migration, la grande majorité des gens est perdue. L’idée de cette plateforme c’est d’avoir un site où vous pouvez aller chercher les informations et, si elles n’y sont pas, où vous pouvez poser vos questions et on y répondra. Je trouve que c’est intéressant car nous sommes aujourd’hui dans des sociétés où il y de très nombreux flux d’informations, qu’on ne maîtrise pas beaucoup. Parfois, on n’a pas le temps d’aller chercher; parfois on ne sait pas où chercher; et parfois on va chercher à des endroits qui ne conviennent pas. La plateforme «Migrations en questions» propose des réponses de scientifiques, de chercheurs et de personnalités référentes qui connaissent la réalité vérifiée.

On a l’impression aujourd’hui, en France ou en Europe, que la chose la plus importante serait de parler des migrations. Politiques ou médias en parlent sans cesse. Nous n’avons pas tout le temps les vrais chiffres. Et que ce soit en Italie, en France ou en Suède il y a toujours un décalage entre les croyances des populations et la réalité. C’est très dangereux car les gens imaginent des quantités ou des pourcentages qui sont à mille lieux de la vérité.

"Il n’y a pas de questions stupides. Il ne faut pas avoir peur"

En quoi consiste la plateforme? Comment cela s’organise-t-il?
On pose une question et des scientifiques et des chercheurs vont répondre. Il faut inciter tout le monde à aller poser des questions. Les réponses viendront nourrir aussi le questionnement de la société. Très souvent, les chercheurs donnent leurs points de vue et leur approche. Mais cela est parfois en décalage avec les questionnements réels de la société. Il est donc préférable de partir des questionnements. Il n’y a pas de questions stupides. Il ne faut pas avoir peur. Il faut poser la question qui vous paraît légitime et quelqu’un vous répond de la façon la plus intelligente et la plus neutre pour que vous preniez conscience de certaines choses. L’immigration est un sujet omniprésent en France et en Europe, il est préférable d’avoir des réponses intelligentes.

"Il y a des échéances politiques à venir, il faut que les personnes puissent choisir en pleine conscience"

 

C’est un sujet omniprésent mais surtout très clivant. Pensez-vous que le fait que les réponses viennent de scientifiques suffise à convaincre?
L’idée n’est pas de convaincre les gens. C’est de donner la réalité des faits. C’est dire : vous vous posez cette question, voilà la réponse. Vous en faites ce que vous voulez après. Lorsque les politiques mettent sur le tapis les questions liées à la migration, ce n’est pas anodin. Parfois c’est un peu orienté politiquement, parfois c’est aussi pour créer de la peur. De plus, personne n’a les mêmes chiffres. L’idée c’est d’être dans une certaine neutralité. C’est souvent ce qui manque. Il y a des échéances politiques à venir, il faut que nous puissions choisir en pleine conscience. Très souvent on se positionne sans savoir vraiment, on prend des informations à gauche et à droite. La démarche mise en place pour «Migrations en question» devrait être reprise pour d’autres sujets, comme par exemple pour le réchauffement climatique.

C’est un projet très en lien avec ce que vous faites aujourd’hui...
Nous sommes dans des sociétés où très souvent on délégitime les gens. Avec les migrants, on oublie que ce sont des hommes et des femmes avant tout. Je pense que quand on a des questions, et des réponses intelligentes, on devient plus intelligent et on prend des décisions intelligentes. Si on est plus armé sur le plan des connaissances, on devient plus intelligent, plus humain. Sinon on peut vous emmener dans des directions dangereuses. Il y a des personnes qui conduisent la société vers la peur, voire la haine, c’est extrêmement dangereux. Je pense qu’il est préférable de se rendre compte par soi-même de la réalité des faits et des données. Posez vos questions, réfléchissez après avoir lu les réponses. On évite ainsi et les préjugés et les parti-pris, on est dans le réel. C’est ce qui m’a plu. Chacun de nous a des informations, des préjugés, mais il est préférable d’avoir de la connaissance pour sortir des préjugés. La connaissance permet de se positionner intelligemment. Voilà la réalité des choses, ne vous laissez pas piéger par certains discours. Libre aux gens d’aller après dans une direction.

 

 

Pour aller plus loin| https://www.migrationsenquestions.fr

Crédit photos : REUTERS/Albert Gea
Rédacteur : Emilie Cabot |Paris Match | Publié le 30/11/2018